Réponse aux jeunes qui veulent faire mon métier.

 

Réponse à une des nombreuses jeunes femmes qui demande une formation auprès de moi ou des conseils pour faire mon métier: :

« Chère jeune femme,

 Je comprend ton désir de partir loin apprendre des chevaux “américains”. J’ai eu le même à 15 ans.

 Mais il faut savoir que rien est “magique” ailleurs. La magie et l’expérience est en toi même, à toi de la déplacer avec toi ou de la rechercher en vain.

 L’étranger fait rêver, mais les chevaux et les gens sont les mêmes… cela fait simplement “mieux” sur un CV….

 Si tu veux faire ce genre de métier, tu dois d’abord bien méditer sur le Pourquoi. Pour toi? Pour les chevaux? Pour les gens? Pour ton ego?

 Ensuite sache qu’il y a beaucoup de jeune femme dans ton cas et extrêmement peu arrive vraiment à en vivre ou se retrouve perdue dans ce monde “sans pitié” qu’est le monde de l’équitation.

 Mon métier fait rêver mais il prend plus qu’une vie à se mettre en place. La plupart des jeunes aujourd’hui ne veulent plus réellement faire et apprendre, ils veulent bien trop souvent juste “être” le plus vite possible. Malheureusement plus vite ils « sont » moins performants et utiles ils seront…

 Pour ma part, j’ai pris tout mon temps, (20 ans) j’ai fait de nombreux sacrifices, j’ai fait de nombreuses erreurs, j’ai pris des coups, j’ai changé mille fois de routes, je me suis fait avoir, j’ai ouvert grand mes yeux, je les ai fermé, je les ai ré-ouvert différemment et je suis qui je suis aujourd’hui.

 Mon parcours est atypique. Il n’y a aucune formation. Il ne faut surtout pas être “formatée” pour ce genre de métier. J’ai dû bien souvent “fuir” les “hommes de chevaux” pour mieux écouter les chevaux et non leurs méthodes.

 Chaque personne est différente mais si l’on se retrouve à vouloir travailler avec des chevaux, il y a au moins un point commun entre nous:

La recherche de la confiance en nous même… (et en premier lieu: la fuite des humains, donc de nous même) Paradoxe?

 Lorsque tu arrives à comprendre “enfin” ce que les chevaux veulent nous dire, tu remet toute ta carrière en question.

 La paix.

 Ils demandent la paix, la paix intérieure que nous n’avons pas… Le calme, la sérénité.

 Ils ne demandent pas forcément qu’on les laisse tranquille, mais que l’on le soit, lors de nos moments passé auprès d’eux.

 Alors, comment t’orienter dans tes démarches de recherches pour devenir “dresseuse”…? Fais toi confiance, vis des expériences, donne toi beaucoup de temps et surtout apprend de tes erreurs. Les erreurs sont les plus beaux “coup de main” dans la vie.

 Je ne trouve pas meilleures réponses à tes questions aujourd’hui, mais je suis convaincue que si nos chemins doivent se croiser ils se croiseront.

 Surtout n’oublie pas : Les chevaux ont toujours raison!

 Esh Pewa                                                      

Virginie Bernhard »

2 Responses to “Réponse aux jeunes qui veulent faire mon métier.”

  1. Romane

    Je suis oh combien d’accord avec vous sur ce point! J’apprend tous les jours avec mon cheval :) Que de remises en questions, de doutes, de moments difficiles mais aussi des moments magiques et c’est pour ça qu’on continue! Je ne cherche pas pour ma part à faire votre métier, en tout cas pas pour le moment. Je pense qu’il faut faire le point et travailler sur soi avant de pouvoir entièrement écouter les chevaux et les observés en sachant s’effacer, effacer nos angoisses et nos préoccupations. Je pense que même une vie ne suffit pas à comprendre entièrement les chevaux. Ils ont toujours à nous apprendre, nous avons toujours à apprendre à leurs côtés.

    Bonne soirée, Romane.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas publi)