Mission Tarpan 2013 suite et fin

Après une semaine de “pause” en Suisse, je repars auprès des 3 entiers nommé; Pim, Pam et Poum le temps de notre travail auprès d’eux.

Un petit hommage au fait qu’ils se tapent dessus très régulièrement, mais sans y mettre trop de sérieux.

Pendant notre absence, Alexander, l’un des stagiaires de la mission, s’est porté volontaire pour rester auprès d’eux toute la semaine de pause. Permettant ainsi aux chevaux de ne pas se retrouver seul et de garder le lien “humain” que nous avions commencé à mettre en place. Il a vécu quelques beaux et parfois intenses moments auprès d’eux, mais ces moments lui appartiennent.

 

 

 

Nous retrouvons donc nos 3 bagarreurs en une seule pièce, même si Pam et Poum ont quelque peu subit les assauts de Monsieur Pim, le violent du groupe. Il faut dire qu’a mes yeux ces 3 chevaux formaient 2 troupeaux et non un seul. Pam et Poum les inséparables et Pim le reproducteur en mal de troupeau bien à lui.

Je décide alors de ne presque plus les mettre les 3 ensemble dans les 3 paddocks, à part lorsque nous serons la pour calmer les attaques de Pim. Après 2 jours un seul petit geste de notre part et il se calme, laissant les 2 autres à leurs occupations (dormir, boire, se chasser les mouches, manger du foin ou des branches d’arbres cueilli avec amour par nos soins …)

 

Le stage se déroule bien, nous décidons de tout de même leur mettre les licols ne sachant encore pas trop ce que l’avenir leur réserve… Mais je décide de le faire très lentement, histoire de garder encore un peu de ce côté sauvage ainsi que pour nous obliger à travailler cette fameuse notion de “liberté” qu’ils peuvent encore utiliser. J’explique au groupe que dès que les licols seront mis, tout ira bien plus vite et ils perdrons un peu plus encore de leur”sauvage” qui leur reste et qui nous intéresse tous autant.

Mais me me heurte à de violentes réactions lorsque j’engage le travail avec licols et en me mettant assise en contre-haut sur les barrières, ils sont alors pris de violentes paniques et de réactions de “peurs connues”, en effet il m’est, à ce stade tout à fait facile de voir la différence entre une “peur inconnue” et une “peur connue” que nous pouvons aussi appeler; traumatisme.

Nous nous re-questionnons sur ce qui a bien pu leur arriver dans le passé…

Après ma lecture des 3 chevaux dans ces conditions, je constate qu’ils ont bien été touché et “légèrement” violenté par des personnes assise sur de haut barrières (sûrement les barrières de contensions pour chevaux sauvages construite pour attraper leurs parents il a 6 ans de cela) ils essaient de leur attraper la tête, ils ont même essayé de leur mettre des licols! Evidemment leurs intentions n’était pas négatives mais le fait est, que cela a suffit, pour que le contact physique au niveau de leur tête soit terrifiant.

Rajouter à cela le fait que la tête reste l’endroit complexe à toucher sur un entier sauvage habitué à de multiples combats…

J’ai du faire un compromis. Pour la sécurité de tous, chevaux et humains, nous décidons de les mettre dans un petit boxe, ce qui les habituera au cas ou ils seront un jour dans une écurie, même pour un court laps de temps et qui nous permettra de les approcher sans craintes et en toute sécurité.

Ils connaissent déjà les “badines à caresses” et autres “fouets à câlins”…  donc cela se passe dans le calme et les compromis.

Une fois les licols mis, je les attache tout de même une fois aux barrières, histoire de leur enlever le “tirer au renard” pour leur sécurité avant tout. Car leur peur de nos mains sur leur nez est assez violente et cette peur pourrait se transformer en accident si quelqu’un quelque part décide de les attacher…

Nos doutes disparaissent lors de notre rencontre avec quelques très sympathiques responsable du site qui nous explique qu’ils ont essayé de leur mettre des licols depuis le haut des barrières lorsqu’ils étaient petits… sans succès. ABE

 

 

 

Ensuite je leur enseigne les bases pour marcher au licol avec une corde et à me donner les “épaules” à droite et à gauche. Ils sont de formidable élèves et bluffe notre audience de Tarpan Team!  Poum décide même de m’accompagner en passant sur la bâche bleu sensée leur faire peur. Pim lui en décidera autrement! Faire confiance? Tout un programme pour lui!

 

 

Poum est vraiment particulier, il peut être doux comme un agneau et la seconde d’après vous vous retrouvez dans sa bouche… il me fascine, je le respecte énormément. Il est tellement libre et paradoxalement il est tout à fait d’accord de discuter et d’interagir avec nous, c’est le plus dispo au travail. Et le plus intelligent aussi. Le cheval sauvage par excellence.

Pam lui, se trouve au milieu, le “cul entre 2 chaises” il est plus indécis, plus fébrile je le trouve angoissé mais il est aussi le plus simple et facile à caresser. Il ne serait pas grand chose sans son Poum de grand frère. Il sert aussi de punching ball à Pim, mais il est pleins de surprises, toujours derrière son frère sauf le jour ou nous avons mis un licol à Poum! Il se tenait devant lui, prenant le lead, comme si il disait, ils t’on affaibli avec cette chose, je vais te protéger… magnifique.

Pim, aahhh, ce fameux Pim, il aime rouler les mécaniques, parade en permanence et nous montre que notre mission l’outre phénoménalement.  Mais je sens bien que c’est lui qui en a le plus besoin, ne serais ce que pour lui “nettoyer” certains de ses traumatismes auprès des humains et de sa frustration d’être aussi seul. Il est très impressionnant comparé à Poum, mais moi, il ne m’impressionne vraiment pas. Je vois assez clair dans son “jeu”. Il hurle “laissez moi en paix” mais crie intérieurement “aidez moi!” Une fois en relation avec Pim, j’ai sentis comme un petit garçon paniqué qui avait TELLEMENT besoin d’amour. Séquence émotions.

Un coup de fil nous donne du baume au coeur, le conservatoire d’espace naturel de Bourgogne à trouvé une nouvelle maison pour nos 3 amis. La question qui nous fait tous trembler : “seront ils libre? Seront ils ensemble?” la réponse: “oui”.

 

 

 

 

 

 

Ils iront très exactement au lycée agricole de Lons-le-Saunier dans le Jura français! C est fantastique, non seulement ils seront libre et ensemble mais en plus ils seront tout près de chez nous! (désolée les belges;-) Malheureusement, leur camion de transport leur fait défaut et ils ne pourrons venir les chercher que plusieurs jours après la fin de notre mission (le 17 juin 2013). Il n’est pas question pour la Team de laisser Pim Pam et Poum seul ici et surtout sans savoir comment ils vont les transporter. Qu’à cela ne tienne, nous les amènerons nous même, grâce aux dons de quelques généreux donateurs. (mille merci.)

Notre Benoit Breton, (le round pen c’était lui) sponsor officiel de la mission, nous prête son Van 3 places que Nico nous amène depuis la Suisse 2  jours avant le grand départ.

Il est lundi, c’est le dernier jour, nous chargeons les 3 Tarpan (Konik en devenir) et prenons la route pour Lons le Saunier. Tout ce passe à merveille, pendant la pause déjeuner ils s’endorment même.

A notre arrivée, on déchante un peu, enfin surtout le Team, moi je m’y attendais un peu (ahh l’expérience  dans le monde équestre..) le  responsable n’est pas là… une personne chargée de nous accueillir nous montre un minuscule parc doté de deux fils électrique puissant, déjà brouté et aucun abris (il fait 35 C°)… Nous qui voulions les relâcher dans la Pampa…

Encore un compromis qui nous force à nous re-connecter avec notre monde réel. Ils seront bien sûr relâché dans un pâturage de 40 hectares mais ils passerons l’épreuve de la domestication plus poussée (pas notre mission) avant.

Merci au conservatoire d’espaces naturels de bourgogne pour sa confiance

Merci à Maxime Jouve pour son énergie et son aide

Merci à Benoit Breton pour le prêt de TOUT son matériel

Merci à Jean Batiste des Proux qui nous a bien aidé

Merci à Nico pour ses superbes images qui nous permettra de re-vivre cet aventure

Merci à Nos généreux donateurs

Merci au ciel de nous avoir protégé de la chaleur

Merci à Dominique Malécot pour avoir redonné un avenir heureux à nos 3 lascars

Merci à vous tous pour votre intérêt et votre soutiens

Merci à la Wild Tarpan Team vous étiez TOUS incroyable !

Merci à nos 3 chevaux qui sont maintenant un peu moins sauvage mais qui ont retrouvé un avenir en tant que cheval libre du XXI siècle! Et qui nous aurons permis de nous retrouver, de nous re-centrer, de rêver d’avoir 7 ans…

Merci la vie

Esh Pewa

Virginie Bernhard

plus d’infos ici:

 https://www.facebook.com/WildTarpanTeam?fref=ts   

http://www.lyonne.fr/yonne/actualite/pays/puisaye/2013/06/22/trois-chevaux-pris-en-charge-par-une-specialiste-1597836.html

http://errancescavalieres.blogspot.fr/2013/06/mission-tarpans-le-premier-chapitre.html

http://errancescavalieres.blogspot.fr/2013/06/laventure-tarpans-suite-et-fin.html

 

 

 

 

 

3 Responses to “Mission Tarpan 2013 suite et fin”

  1. Cléa

    …Et merci à Pim, Pam, Poum et à toute la Team de m’avoir appris à sentir ce que c’est que d’ETRE une équipe (il m’a fallu un mois, mais le dernier jour était le bon! :) ).
    Mais surtout, merci d’avoir ouvert mon coeur à ressentir “Esh Pewa”…

    Répondre
  2. Estelle

    Merci à tous pour cette intense aventure. J’espère un jour retourner voir les lascars.
    On y va tous ensemble une fois? Au plaisir de vous revoir tous. Oui, chacun de nous a avancé grâce à cette incroyable expérience.
    Ça c’est du gravé dans le cœur. Bises!

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas publi)