Chicco

 

Il y a quelques années je possédais un cheval nommé Chicco, c’était un Criollo de couleur léopard d’une grande beauté. Son passé était peu glorieux et son destin à croisé ma route ou étais ce l’inverse ? Toujours est il que j’ai mis plusieurs semaines pour le rattraper du parc ou je l’avait mis et que j’ai bien du mettre 2 ans pour qu’il soit simplement plus à l’aise avec le genre humain tellement ses traumatismes avaient été violent.

Un jour je décida de le dresser tout de même, ne serait ce que pour qu’il soit encore moins angoissé et me mis au travail, il n’avait pas l’air d’apprecier malgré le calme et la patience mise en œuvre pour lui. Il acceptait tout mais restait toujours tendu et angoissé, alors un jours alors qu’il avait une selle sur le dos et se donnait la peine de faire les choses bizarres que je lui demandais, il me regarda profondément. J’ai tout compris en moins de 3 secondes. Il me demandait d’arrêter ces piteries. J’était d’accord avec lui. Je lui ai alors enlevé la selle et le licol et il restait là, devant moi, puis je lui ai simplement dis, « je te promet de te laisser vivre ta vie de cheval jusqu’à la fin de ta vie, va ! » sans aucun geste de ma part il est partis comme une flèche à la fin de ma phrase, jusqu’en haut de la pâture sans regarder en arrière.

Des années plus tard après une belle vie en totale liberté entouré tout de même d’amour et de soins par des personnes qui aime eux aussi les chevaux pour ce qu’ils sont, je l’ai retrouvé  seulement pour son dernier voyage et il s’est éteint dans mes bras. J’avais gardé ma promesse.

 

4 Responses to “Chicco”

  1. Solweig

    Bye, bye Chicco! Ton histoire a ouvert un chemin différent pour beaucoup de chevaux! Merci à toi et à Virginie qui a su t’entendre!

    Répondre
  2. Astrid et Michel

    Chicco, le cheval qui nous voulait être qu’un cheval! Merci Virginie de nous l’avoir confié. Nous avons beaucoup appris avec lui. Et merci d’avoir été là, ce triste 29 février, à la Clinique Areda où nous l’avions amené pour ce que nous pensions être une simple boiterie et où il a rejoint le paradis des chevaux dans tes bras. Il n’y a pas de hasard… Pour nous, la boucle était bouclée. Merci aussi d’avoir raconté son histoire en allant directement à l’essentiel: l’amour des chevaux pour ce qu’ils sont! Bien à toi. Astrid et Michel

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas publi)